Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 14:51

Atelier (novembre 2010) Texte libre

 

 

Adieu, je t’aimais

ou

D’un amour peu courageux



Mon amour,
Je ne t'ai pas revu depuis si longtemps. Je ne sais plus où j'en suis depuis ton emprisonnement. Je t'en veux tellement, quel besoin avais-tu ? Pourquoi as-tu fait couler ce sang ? J'aimerais tellement te pardonner mais je n'en ai pas la force malgré tout l'amour que j'éprouve pour toi.
Danae_Auguste_Rodin
J'aimerais tant pouvoir revoir ton visage une dernière fois, pourvoir te dire que je ne t'aime plus. Je vois déjà ton sourire en lisant cette lettre. Tu t'en doutes je n'arrêterai probablement jamais de t'aimer. Pourtant, j'essaie de toutes mes forces. Tu me hantes, tu le sais ? Chaque jour, je vois ta silhouette au coin de la rue, chacun de mes rêves est peuplé de tes yeux gris. Te souviens-tu comme j'aimais m'y perdre, j'espérais y voir l'amour que tu éprouvais pour moi, je ne l'ai pas trouvé. Tu as rempli mon cœur de doutes, je ne suis plus sûre de rien. M'as-tu réellement aimé un jour ? Même si tu étais peu enclin à recevoir des sentiments as-tu perçu ce que je ressentais pour toi ? As-tu ressenti la même chose que moi ou bien tous tes mots d'amour n'étaient-ils que leurres ? Mon cœur est habité de fissures, je ne suis pas sûre de pouvoir le supporter encore longtemps.

Mon amour, je crois que j'aurais préféré que tu meures, cela m'aurait permis de faire une sorte de deuil. Je sais que cela n'aurait pas été facile, j'aurais pleuré jours et nuits, puis j'aurais recommencé à mener une vie normale. Sache que je ne t'aurais jamais oublié, tu serais toujours resté dans mon cœur, sauf que ta place aurait été moins importante. Aujourd'hui je n'ai plus la force de pleurer, toutes mes larmes se sont écoulées. Tu as emprisonné mon cœur, la seule solution serait de me l'arracher. Tu sais que j'en serais capable. Je ne suis pas assez courageuse, cette douleur m'est seulement insupportable.
Chaque jour, je peine, j'avance tant bien que mal sur ce chemin tortueux qu'est le chemin de la vie. Je trébuche à chaque pas, manque de tomber à chaque pierre. Je me retiens de toutes mes forces à mes amis. Ils sont là près de moi. Tu n'as pas idée de la peine que renferme mon cœur. Pourtant, j'ai essayé de la déverser un peu sur eux, mais il y en avait trop. Trop.

Je m'efforce à chaque seconde de ne pas penser à toi, et écrire cette lettre est un calvaire pour moi, mais je n'ai pas le choix, je ressens le besoin de coucher mes sentiments sur le papier. Je veux que tu saches le mal que tu m'as fait. Je vois d'ici les expressions de ton visage. Tu ne montreras rien, tu feras comme si tu t'en fichais, mais je sais qu'à l'intérieur de ton cœur, ça se passera autrement. Ton cœur battra vite, tellement vite que tu auras l'impression qu'il va finir par s'arrêter. Mais cela ce passera ainsi si tu m'aimes, parce que tu m'aimes, n'est-ce pas ? J'espère tellement, tu ne peux pas savoir. Mais bientôt tu connaîtras la souffrance que j'éprouve. Tu espéreras que je t'aime encore, que je ne t'ai pas oublié, que je n'aime pas quelqu'un d'autre. Je te hanterai, tu n'auras plus de répit. Puisque tu m'aimes. Ensuite tu passeras dans une phase de mélancolie. Tu regretteras de ne pas l'avoir dit ce « je t'aime » que j'ai tellement attendu. Tu regretteras ces moments heureux que nous avons passés ensemble. Ta vie ne sera plus que remords. Alors tu vivras dans le passé.

Tu ne compteras plus les jours qu'il te reste avant ta libération, tu compteras les jours qu'il te reste avant de pouvoir me revoir et me serrer dans tes bras. Tu rêveras de fonder une famille où tu me chériras. Tu vas découvrir l'amour avec un grand A. Tu verras comme cela fait mal d'aimer quelqu'un sans certitudes, car maintenant tu doutes n'est-ce pas ? Tu as peur qu'un jour, j'arrive à t'oublier.

Mon amour, je te montre malgré moi le mauvais côté de l'amour, je ne connais pas le bon côté, celui qui est raconté dans les livres. Enfin si, je le connais, mais je suis trop lâche pour essayer de me le rappeler. Je commence peu à peu à voir le bord du gouffre dans lequel tu m'as plongée et tu ne peux pas savoir à quel point j'ai peur de retomber dedans. Je sais qu'un trou béant m’attend et dès que je ferai l'erreur de penser à toi il sera là pour me faire sombrer à nouveau. J'espère un jour pouvoir reconstruire ma vie. Être capable de raconter aux gens qui m'entourent tous les bienfaits de l'amour. Un jour j'y arriverai. Je ne sais pas pourquoi je te raconte mes espérances peut-être pour que tu te rendes comptes à quel point les doutes que tu as fait naître en moi sont nombreux ?

Mon amour, je ne dis pas que notre histoire n'était qu'une erreur, c'est faux. Il y a eu une époque où tout était merveilleux. On regardait les autres de haut, notre bonheur était éblouissant. Je nous croyais invincibles. Je t'aimais tellement à cette époque. Quand je te voyais, mon cœur battait plus vite je crois, je ne veux pas m'en souvenir. Mais, je suppose que tous les deux, on irradiait de bonheur. Puis nous sommes tombés de notre piédestal. On étaient toujours aussi heureux, mais à un moment il faut bien redescendre de son nuage. Car notre amour, c'était quelque chose qui n'aurait pas dû exister. Une erreur du destin. Et même en sachant cela, je t'ai aimé de tout mon cœur et plus encore.

Tu sais, à ton procès, je n'ai pas pu venir. Je ne voulais pas que tu me vois dans cet état. Je pleurais. Tu ne sais pas le nombre de larmes que l’on peut verser, le nombre de temps que l'on peut passer à pleurer par amour. Maintenant, tu vas apprendre à m'aimer. Tu ne vas ressentir que les sentiments que je t'ai décrit dans cette lettre. Et même si tu me hais pour t'avoir fait découvrir la faiblesse de l'amour, remercie-moi car pour aimer, il faut être courageux. J'aurai au moins fait quelque chose de toi, je t'aurai appris quelque chose. Grâce à moi, tu ne seras plus une simple enveloppe charnelle, tu ne porteras plus ce masque d'impassibilité ou de mépris. Grâce à moi, tu seras devenu quelqu'un. Grâce à moi, tu connaîtras l'amour.

Voilà, j'ai fini ma lettre, tu peux retourner dans ta cellule si froide sans présence humaine. Je ne veux pas que tu me répondes, je ne veux plus te voir. Je veux seulement arrêter de t'aimer, je ne veux plus penser à toi. Je veux recommencer à vivre et non à survivre. Je ne ferais plus rien pour toi.
Adieu
Lily                                                                                Albane

 

Partager cet article
Repost0

commentaires